Home

Library

The Message of Fatima
The Story of Fatima
"Here You See Hell..."
The Angel of Portugal
Jacinta . . . Francisco
Promise & Plan of Our Lady
Scapular Consecration
The Holy Rosary
Rosary Crusaders
Marylike Modesty
Living our Consecration
The Fatima Cell Program
Cell Meeting Outline
Monthly Cell Program
Reference Material
Fatima Crusader Bulletin
Marian Apparitions & Shrines
Fatima Devotions & Prayers
Seasonal Devotions
Calendars
Saints

smr@salvemariaregina.info

** Salve Maria Regina **

OUR LADY OF FATIMA CRUSADER BULLETIN

Vol. 47, Issue No. 147

Saint-Cyril de Jérusalem

Anglais

The Sorrowful Virgin of QuitoMiracle de la Vierge des Douleurs de Quito

L'image de la Vierge des Douleurs de Quito, avec son Cœur transpercé par les sept épées de ses Sept-Douleurs, est l'une des images les plus connues de notre Mère des Douleurs dans le monde catholique. Ce qui n'est pas si bien connue c'est l'histoire de cette image et du miracle qui l'a rendu si célèbre. Cette histoire est très bien enlacée avec l'histoire de l'Équateur elle-même ; Quito étant la capitale de l'Équateur.

Contexte Historique

L'Équateur a été la première colonie espagnole du Nouveau Monde à se rebeller et à gagner son indépendance de la Mère Patrie (en 1822). Les catholiques qui se sont battus pour l'indépendance pouvaient penser qu'ils avaient une juste cause, mais, comme cela arrive souvent, par la suite, le mouvement révolutionnaire est tombé sous la domination des libéraux anticatholiques. L'histoire de l'Équateur a souvent été marquée par des révolutions et des gouvernements anticatholiques. Ainsi, le président José Urbina expulsa les Jésuites de l'Équateur en 1852.

Dix ans plus tard, le Président véritablement catholique, Gabriel García Moreno, permis aux Jésuites de revenir, et leur rendit leur ancienne église, ainsi que le collège. En signe de gratitude, les Jésuites donnèrent un nouveau nom à ce collège -- "Saint-Gabriel." C'est également le Président Moreno qui consacra solennellement l'Équateur au Sacré-Cœur de Jésus le 25 mars 1874, avec ces mots : « Prosternez devant Ta Présence Divine, tous les pouvoirs publics de l'Église et de l'État offrent de Te consacrer, maintenant et pour toujours, la République de l'Equateur qui devient Ta propriété et possession exclusive. » Gabriel García Moreno paya cette consécration de son sang. Il fut assassiné par des libéraux enragés moins d'un an plus tard, le 6 août 1875, alors qu'il était de retour de l'adoration du Saint Sacrement, celui du premier vendredi dans la cathédrale de Quito -- le site de la consécration. Moreno avait noté ce qui suit dans son journal ce matin-là : « Seigneur Jésus, montre-moi ce que je dois faire aujourd'hui pour Ton amour. »

Le Vendredi Saint de l'année 1877, l'archevêque fut mortellement empoisonné dans la cathédrale. Plus tard, les modérés prévalurent, et l'Équateur fut officiellement consacré au Cœur Immaculé de Marie, le 6 août 1892. (L’Équateur a été le premier pays à être consacré au Sacré-Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.) Furieux de nouveau, les libéraux organisèrent un coup d'État en 1895. Une fois au pouvoir, ils lancèrent une attaque furieuse contre l'Église catholique, la culture catholique et de l'éducation catholique.

Très vite après le coup d'État, les soldats commencèrent par occuper une partie du Collège Saint-Gabriel. L'année suivante, le tyran, Eloy Alfaro, rompu le Concordat avec le Vatican qui avait été signé par le président Moreno. Le 4 mai 1897, les libéraux agressèrent le Collège Saint-Philippe à Riobamba, profanant l'église et le tabernacle, jetant les saintes espèces à terre, et assassinant le recteur, le Père Emilio Moscoso. En 1900, l'éducation religieuse fut réprimée dans les écoles de commerce, la liberté de l'enseignement fut retenue, et les collèges catholiques se sont vu refuser le droit de recevoir des examens et conférer des diplômes.

En 1901, le gouvernement saisit le cadre du Collège Saint-Gabriel. En 1902, le mariage civil et le droit du divorce furent introduits. En 1904, le ministre de la Culture lança le slogan : "Indépendant de l'Espagne, soyons indépendant de Rome." En 1905, les Pères Rédemptoristes furent expulsés de Riobamba.

En 1906, Alfaro mena une révolte contre son successeur et revint au pouvoir. La laïcité fut proclamée par l'Assemblée nationale, elle qui était alors non seulement anticlérical, mais aussi athée ; toutes les manifestations religieuses, comme les processions, étaient interdites. Les biens des diocèses et les ordres religieux furent confisqués, et l'Église catholique fut dépouillée de son statut juridique. Alfaro nomma Manuel Franco, un homme athée, séculier et violents, comme chef civil et militaire à Quito. Il incita une émeute contre les Frères des Écoles Chrétiennes, et expulsa les Salésiens et les Capucins. Une foule envahit le Palais des Archevêques, harcela l'ancien archevêque González Calisto, et fit un feu de joie avec la Bibliothèque et les Archives du Diocèse.

Le Miracle

C'est au cours de cette même année, quand la persécution de l'Église fut à son comble, que le miracle de la Vierge des Douleurs arriva. C'était le 20 avril 1906, le vendredi de la semaine de Pâques. Les 35 élèves internes étaient entrain de manger dans le réfectoire du Collège Saint-Gabriel. Une image de la Mère des Douleurs était accrochée sur un côté de la porte, à droite en entrant, à environ six pieds du sol. L'image était une impression à l'aide d'encres à base d'huile, imprimé en France, d'environ 20 pouces de long sur 16 pouces de large. Les jésuites avaient acheté trois images de cette sorte chez un vendeur ambulant. Le préfet de discipline, le Père Andrés Roesch, témoigna ce qui suit lors de l'enquête qui conduit au processus canonique du miracle :

« A 20h00, quand les étudiants eurent terminé leur repas, je suis entré dans le réfectoire et, contrairement à la coutume établie, et sans explication, j'ai dit : "Deo Gratias" pour les garçons, à leur grande surprise (ce qui était une permission pour converser, au lieu de continuer la lecture spirituelle). À plusieurs de ces tableaux, j'ai parlé des événements de San Francisco, Californie, (le tremblement de terre qui avait eu lieu deux jours plus tôt). Je l'ai fait avec les garçons à la première table (ceux qui avaient fait leur première communion le jeudi saint), afin de faire des réflexions sur cet événement et pour encourager la conversation concernant la Très Sainte Vierge. L'un d'eux, Jaime Chávez, leva les yeux vers une image de la Vierge des Douleurs, accroché sur le mur à un mètre et demi de lui.

« Avec étonnement il vit que l'image avait fermé les yeux ; remplis de crainte, il couvrit les yeux avec ses mains et parla de cela au petit garçon à côté de lui, Carlos Herrmann, qui a vu la même merveille. Ils se prosternèrent entre la table et le banc et récitèrent le "Notre Père" et le "Je vous salue Marie." Puis ils appelèrent un autre garçon et un autre, jusqu'à ce que l'un d'eux vint vers moi et me demanda avec beaucoup d'insistance d'aller voir ...

« Au début, j'averti la personne qui m'avait appelé à être tranquille, car il me semblait que ce n'était qu'une illusion des garçons, mais finalement, à l'insistance et les appels de tous ceux qui étaient présents au prodige, je m'approchai de la table la plus proche de l'image, avec la détermination de résoudre le mystère. Je veillai soigneusement à ce qu'il n'y ait aucun scintillement des lampes électriques et qu'il n'y ait pas de réflexion sur l'image. Cela ne sembla pas être le cas.

« Debout devant l'image, entouré par les garçons, je fixai mes yeux sur elle sans sourciller, et je vis que la Très Sainte Vierge fermait lentement ses paupières, mais ne croyant pas que ce que je voyais était certain, je me retirai de cet endroit. De là, Frère Alberdi (le Contrôleur Adjoint), qui se tenait beaucoup plus proche de l'endroit où j'avais été, me dit, en se demandant ce qui s'était passé : "Mais Père, si c'est un miracle ... si c'est un miracle ..." Je revins à l'endroit où j'étais avant, puis je sentis un frisson venir sur mon corps car je voyais, sans possibilité de douter, que l'image avait définitivement fermé et ouvert les yeux. Quand cela se produisit, tous les garçons qui étaient présents pleurèrent d'une seule voix : "Maintenant, elle est entrain de les fermer, et maintenant elle est entrain de les ouvrir, maintenant c'est l'œil gauche ..." Il est à noter que, parfois, l'œil gauche était fermé, ou au moins il montrait une plus grande clarté que l'œil droit, et ainsi semblait être plus fermé.

« L'événement fut répété de nombreuses fois en l'espace d'une quinzaine de minutes, plus ou moins. Il cessa quand, voyant que nous étions déjà en retard pour la prière de nuit, et craignant toujours de donner trop d'attention à cela, je donnai l'ordre aux élèves de prendre leur retraite. Beaucoup d'entre eux l'ont fait à contrecœur, car ils voulaient se mettre à genoux et prier là. Je supprimai toutes les manifestations bruyantes afin de ne pas provoquer une perturbation, car il me semblait que si l'événement était miraculeux, il n'y aurait pas à faire de faux témoins suffisants pour le prouver. Au début j'ai cru que c'était une illusion ; mais, après l'avoir vu, je me suis retiré sans donner du crédit à rien, et, à l'insistance du Frère Alberdi, je suis retourné, et vit le clignotement avec une telle clarté que, ça m'a donné un frisson, et je reste convaincu. »

Le témoignage de Frère Alberdi est en plein accord :

« L'un des garçons qui était assis vers les premières tables est venu nous informer que la Vierge ... déplaçait ses yeux ; nous avons reçu la nouvelle avec insouciance ou sans enthousiasme, du moins pour ma part, je ne sais pas comment rendre compte. En ce qui concerne ce qui m'est arrivé par la suite, je me souviens que j'ai dit au Père Roesch, après avoir contemplé le tableau : "Père, c'est réel ;" et il s'écria : "Quel prodige ! " Puis les garçons ont commencé à se lever de leurs tables et à se rassembler autour de l'endroit où nous étions en regardant l'image sainte ; petit à petit je me suis déplacé plus près de l'image, où je pouvais voir son ouverture et sa fermeture des yeux pendant environ un quart d'heure ou un peu plus longtemps ... Je reste convaincu que les yeux de la sainte image de la Vierge se sont ouverte et se sont également fermer pendant ce temps sans cesse. Les garçons ont dit d'une voix forte : "Maintenant, elle est entrain de les fermer, et maintenant elle est entrain de les ouvrir..." Une grande crainte s'empara des garçons ; j'ai vu un garçon, qui était à proximité, trembler.

« Un garçon a insisté que l'on appelle le Père Recteur, mais le Père Roesch ne le permit pas, parce qu'il y avait une grande agitation ; par conséquent, il frappa dans ses mains pour signaler qu'il était temps d'aller à la chapelle pour réciter le chapelet, même si la Vierge continuait à fermer et à ouvrir les yeux. Le garçon dit au Père : "Portons l'image à la chapelle et prions le chapelet devant elle," mais il ne le permit pas. »

Le témoignage typique des garçons est le suivant :

« Je ne crains pas de m'être trompé, et je n'ai pas peur d'avoir de préjugé en faveur du prodige, au contraire, je pensais que c'était une blague de petits garçons, mais après, je me suis tenu à une distance de un ou deux mètres et je vis parfaitement que l'image ouvrait et fermait les yeux, mais plus encore l'œil gauche, et quand les yeux se fermaient, le blanc des yeux étaient complètement dissimulées. »

L'Investigation de l'Église

Sept jours après, les autorités ecclésiastiques lancèrent le processus canonique. Ils se chargèrent de former une commission théologique expressément nommé dans ce cas, et constitué d'une commission scientifique et de médecins. Tous présentèrent leurs conclusions après un minutieux examen en fonction de leur expertise adéquate. Enfin, le 31 mai de la même année, le peuple de Quito entendit les conclusions des autorités ecclésiastiques :

L'événement du 20 avril au Collège des Pères Jésuites est établi comme historiquement certain.

Cet événement, dans les circonstances dans lesquelles il s'est produit, ne peut pas être expliqué par des lois naturelles.

Cet événement, en raison de ses antécédents et de ses conséquences, ne peut pas être attribué à l'influence diabolique.

« ... Et pour que la piété des fidèles aient la consolation de contempler l'image de la Très Sainte Vierge, qui à partir de ce jour sera appelée "La Vierge des Douleurs du Collège," nous avons ordonné qu'elle soit solennellement transportée à l'église de la Compañia, et qu'il y sera célébré un fervent triduum. »

Les forces de l'irréligion et du libéralisme radical n'ont pas hésité à attaquer le miracle dans tous les sens à travers les médias : les journaux, brochures, dépliants, même en passant en face de la cathédrale, propageaient l'idée que c'était une invention des Pères du Collège ou une suggestion collective, etc. L'éducation chrétienne a été plus rigoureusement interdite. Tous leurs efforts furent inutiles, car la foi et l'amour à la Vierge des Douleurs fut de plus en plus grand chaque jour, à cause des faveurs et des conversions, et parce que le miracle fut répété plusieurs fois. Le premier était devant une foule nombreuse dans l'église de la Compañia, puis plus tard à d'autres occasions, devant au moins six différents groupes de personnes. Une fois, elle a été vue entrain de pleurer, selon le témoignage du Père Alfonso Laenen SJ, qui fut missionnaire pendant de nombreuses années à Manabi. Une autre fois, on la vit entrain de sourire -- par Mons. Pedro Pablo Borja Yerovi, fondateur du Pensionnat Premier Borgia. Cet événement a eu lieu de la manière suivante : L'archevêque González Suárez ordonna à Mons. Borja de porter à son bureau l'image miraculeuse de la Vierge des Douleurs. Au moment où Mons. Borja s'apprêtait à sortir, après avoir pris congé de l'archevêque, la Vierge se tourna vers lui et sourit. C'était une manifestation de la satisfaction que la Très Sainte Vierge ressenti à cause de la fondation d'une école catholique.

La dévotion à la Vierge des Douleurs du Collège se propagea rapidement à travers les frontières nationales et fut établie en Colombie, au Pérou et au Venezuela, elle bondit en Bolivie et au Chili, puis en Espagne, en Angleterre, en France, aux États-Unis et en Australie.

Tant en Équateur et dans d'autres nations, la Mère des Douleurs concéda beaucoup de faveurs, certaines d'entre-elles étaient vraiment prodigieuses, qui ne sont pas appelés miracles, parce que seule l'autorité de l'Église est en mesure de les déclarer comme tels après une enquête approfondie.

Depuis 1906, le miracle a été commémoré chaque année par une neuvaine solennelle et fervente, à travers laquelle la foule des fidèles fut aidé. En 1931, pour le 25e anniversaire du miracle, il y avait une telle effusion de dévouement et d'enthousiasme si grand, que l'image sacrée fut prise dans toute l'Équateur, dispersant une ferveur irrépressible. Outre d'autres solennités, il a été célébrée à Quito à cette époque, du 21 au 26 avril, le Premier Congrès Marial, et l'image de la Vierge des Douleurs fut enchâssé dans un cadre magnifique, conçu artistiquement en or et en argent et ornée de précieuses perles.

Lors du jubilé d'or, en l'année 1956, il eut une nouvelle fois, un sursaut de foi et de dévotion ; une mission énorme fut organisée : 200 équatoriennes et missionnaires hispaniques émurent profondément les âmes à qui ils prêchaient. Le directeur et le coordonnateur de la mission, le Père Enrique Heulin, SJ, a déclaré : « Il n'y a jamais été enregistrées, sur les pages de l'histoire nationale, un événement religieux similaire dans sa grandiloquence externe et dans son action spirituelle, dans les profondeurs des cœurs et des âmes. »

Le 22 avril de la même année, grâce à un décret du pape Pie XII, il a été réalisé un couronnement solennel de l'image dans le stade d'El Ejido. L'endroit était bondé de fidèles ; le couronnement fut effectué par le président de la République, M. José María Ibarra Velasco, et remis au cardinal Carlos María de la Torre, archevêque de Quito, qui, parmi les vivas et les cris d'enthousiasme, effectua le couronnement.

Malheureusement, le Collège de Saint-Gabriel était devenu trop petit pour le nombre croissant d'étudiants, et fut remplacé par un grand édifice moderne dans la partie nord de la ville. Pour des raisons de sécurité, l'image miraculeuse fut enlevée de là en Octobre 1958. Il a été rapporté, toutefois, que l'image miraculeuse est maintenant conservée dans un coffre, et une copie est installée au Collège. Mais peu importe qui est portée en procession, copie ou original ; à tous sont attribués d'innombrables miracles.

Si nous nous souvenons de toutes les séries d'attaques contre la religion catholique qui se sont déroulées depuis la révolution libérale de 1895 jusqu'à l'époque du miracle, et en particulier la suppression de l'instruction religieuse dans les écoles et les collèges, on découvre la raison de ce miracle. Ce fut une démonstration de la préoccupation profonde et angoissante de la Mère de Dieu, la sollicitude maternelle dont la Très Sainte Vierge a souhaité manifester pour les garçons et les jeunes hommes, qui étaient sur le point de se voir refuser une éducation chrétienne, et ont imposé sur eux une éducation sans Dieu.

Jaime Chávez a déclaré à la Commission que lorsqu'il a vu les yeux de la Vierge des Douleurs, ils sont apparus à trembler, « comme quelqu'un qui est en agonie. » C'est pour cette raison que la Vierge ferma l'angoisse remplis dans ses yeux, et peu à peu les rouvrit avec amour et tendresse -- pour indiquer qu'elle est prête à recevoir tous ceux qui viennent rechercher sa protection.

College of St. Gabriel

Les élèves internes qui ont été les témoins du mouvement des yeux de l'image de Notre-Dame de Quito, avec le Père Préfet, Andrés Roesch, et le Contrôleur Adjoint, le Frère Luís Alberdi. Assis à côté du prêtre et du frère, ce sont les trois garçons de onze années qui, le Jeudi Saint de la semaine précédente, avaient prit leur première communion et ont été les premiers à remarquer le prodige.


St. Cyril of JerusalemChampions de l'Orthodoxie Catholique

Saint-Cyril de Jérusalem (†386)


Cyril est né à, ou près de la ville de Jérusalem dans les années 315. Il fut ordonné prêtre par saint-Maxime, qui lui donna la charge importante d'instruire et de préparer les candidats au baptême. Il occupa cette charge pendant plusieurs années, et nous avons encore une série de ses instructions données en l'an 347 ou 348. Ces instructions sont d'un intérêt singulier car étant les plus anciennes mentions de l'enseignement systématique de l'Église sur le Credo et les sacrements, et comme ayant été donnée dans l'église construite par Constantin sur le Calvaire. Ils sont solide, simple, profond, saturé par l'Écriture Sainte, exact, précis et concis, et, comme un témoin de l'exposition de la foi catholique, d'une valeur inestimable.

A la mort de saint Maxime en 350, Cyrille a été choisi comme évêque de Jérusalem. Au début de son épiscopat, un prodige a été vu, prodige que les fidèles considèrent comme un présage de la victoire sur les hérétiques ariens. Saint-Cyrille a rendu compte de celui-ci à l'empereur Constance : « Sur les nones (ou 7ème) du mois de mai, vers la troisième heure (09h00), un vaste corps lumineux, sous la forme d'une croix, paru dans les cieux, un peu plus au-dessus de la Golgotha sainte, atteignant aussi au loin la sainte montagne des Oliviers, vu non pas par une ou deux personnes, mais clairement et évidemment par toute la ville. Ce n'était pas, comme on pourrait le penser, un phénomène momentanément passager, car il a continué plusieurs heures encore, à être visible à nos yeux, et plus brillant que le soleil, ainsi que la lumière qui l'aurait éclipsé si elle n'avait pas été aussi forte. La ville entière, frappée d'une crainte révérencielle, trempée dans la joie, courut immédiatement à l'église, jeunes et vieux, chrétiens et païens, citoyens et étrangers, tous d'une seule voix pour louer notre Seigneur Jésus Christ, le Fils unique de Dieu, le faiseur de miracles, pour y trouver par expérience la vérité de la doctrine chrétienne, à laquelle les cieux portent témoin. » Il conclut sa lettre par ce souhait que l'empereur peut toujours glorifier la sainte et consubstantielle Trinité -- une clause importante, puisque l'empereur était favorable aux ariens. Cela prouve que saint-Cyrille, bien que respectueux envers l'empereur, n'approuvait pas son hérésie.

Quelque temps plus tard, l'archevêque hérétique de Césarée accusa saint-Cyrille de dilapider les biens de l'Église. En effet, notre saint avait, durant une période de grande famine à Jérusalem, vendu quelques-uns des biens ecclésiastiques pour soulager les besoins des pauvres. L'hérétique poussa saint-Cyrille à s'exiler, et il accepta l'hospitalité de l'évêque de Tarse. Malheureusement, cet évêque tomba plus tard dans l'hérésie, donnant lieu encore à de fausses accusations contre notre saint.

Après la mort de Constance, en 361, Julien l'Apostat, dans l'espoir de voir les chrétiens plus amèrement divisée, permis à tous les évêques bannis de retourner à leurs sièges. Julian se rendit compte que de violentes persécutions avaient seulement renforcé la foi chrétienne, de sorte qu'il cherchait par des intrigues à affaiblir et à discréditer la foi. C'est ce qu'il tenta de faire par un projet de reconstruction du temple juif à Jérusalem, où il supposait que le Christ se révélerait erronée. Julien a interprété les prophéties du Christ, et Daniel prédit non seulement la destruction du temple, mais aussi sa ruine finale et la désolation. Saint-Cyrille, cependant, prédit avec assurance que le projet de l'empereur ne permettrait pas, en effet, que soit pleinement accomplie la prophétie du Christ qui dit qu'il ne resterait pas pierre sur pierre, puisque le travail entraînerait la démolition de ce qui restait de la fondation du Temple de la retraite. Les Juifs, étant réticents à prendre de l'argent à un Gentil, commencèrent à financer les travaux eux-mêmes avec un grand enthousiasme. L'empereur ne ménagea aucun effort pour exécuter les travaux. Il attira des ouvriers de toutes parts, plaçant à leur tête son ami intime Alypius. Beaucoup de Juifs et de païens étaient confiants et vantard de la fin du christianisme. Ce fut vers cette époque que les Juifs démolirent la grande église d'Alexandrie, deux de plus à Damas, et d'autres ailleurs. Mais tout fut en vain. Les tremblements de terre répétés ont détruit les premiers efforts destinés à creuser une nouvelle fondation. Puis ... laissez-nous entendre ce que le proche ami de Julien, Ammien, avait dit dans son rapport à l'empereur :

« Et quand Alypius, le lendemain, vivement appuyé pour ce travailler, avec l'aide du gouverneur de la province, émit d'horribles boules de feu de la terre près des fondations, ce qui rendit le lieu, de temps en temps, inaccessibles aux ouvriers qui se firent des écorchures et des brulures. Et comme l'élément victorieux continuait obstinément et résolument à se plier de cette manière afin de les conduire à une certaine distance, Alypius cru devoir abandonner l'entreprise. » D'autres prodiges furent rapportés par de nombreuses sources fiables, y compris une répétition de la croix lumineuse dans les cieux -- attesté par saint-Grégoire de Nazianze, saint-Jean Chrysostome, saint-Ambroise, et bien d'autres.

Saint-Cyrille aurait été condamné à mort par l'empereur, mais Julien mourut le premier. Son successeur, Valens, était arien et il bannit notre saint de nouveau. En 378, l'empereur Gratien commanda que des sièges soient restaurés à ces évêques en communion avec le pape Damase. Saint-Cyrille trouva son troupeau lamentablement divisé par les hérésies et des schismes sous les loups spirituels, auxquels ils avaient été la proie, mais il continua ses travaux avec les larmes de certains d'entre eux. En 381, il assista au Conseil général de Constantinople, dans laquelle il condamna les semi-ariens et les Macédoniens, dont les hérésies avec lesquels il s'était toujours opposé. Il gouverna son siège huit années ininterrompues depuis la mort de Valens, lorsque, le 18 mai 386, il passa à une immortalité glorieuse, la 70e année de son âge.

Back to Marian Shrines

Back to Top

Back to Bulletins

Back to Saints

Visit also: www.marienfried.com

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!